Après les merlus, des canaris au menu

L'ASJ Soyaux Charente aura le plaisir d'aller affronter le FC Nantes pour le compte des 16es de finale de la coupe de France ce Dimance 29 janvier.

Ce club en pleine progression se donne les moyens d'accéder à la D2 féminine rapidement en encadrant de jeunes joueuses comme Lauryn Elessa qui à joué en D1 à La-Roche-sur-Yon et qui compte 3 sélections en équipe de France U17 par des joueuses d'expérience ayant évolué en D1 féminine.

Ainsi, l'ASJ Soyaux Charente, retrouvera des connaissances tel que Gwenaelle Migot ayant évoluée à Issy et à l'ASJ Soyaux Charente ou Stéphanie Bennacer, qui à joué en D1 féminine à Yzeure.

Le FC Nantes caracole en tête de son championnat avec des résultats forçant le respect comme le prouve des scores fleuves (18/0, 14/0, 10/0, 8/0, 9/0, etc...) ou bien une statistique impressionnante de 100 buts marqués pour 0 encaissé en 10 matchs.

Jonathan Raoul : ''une belle satisfaction''

Entretien avec le coach nantais par www.fcnantes.com

Jonathan, l'équipe est première en Championnat, et maîtrise même son sujet. Est-ce qu'on peut dire que la Coupe de France permet de vous jauger face à des équipes de niveau supérieur ?

Jonathan Raoul : "La Coupe de France nous offre la possibilité de disputer des matches qui correspondent un peu plus à notre niveau réel. C'est un bon moyen pour voir si les exercices travaillés à l'entraînement peuvent être mis en place face à des équipes de haut niveau. On conserve aussi une dynamique en terme de motivation sur la compétition et lors des entraînements. Tout le monde est concerné. Chaque qualification est un plus que nous n'attendions pas forcément. On livre ainsi des matches intéressants. Le public se déplace aussi et c'est très agréable ! La Coupe de France est un vrai plus !"

Votre bilan en championnat est exceptionnel. L'accession au niveau supérieur est en vue...

Jonathan Raoul : "Mathématiquement ce n'est pas encore fait, mais on devrait aller au bout. Nous sommes en tête avec douze points d'avance. Nous avons inscrit 114 buts pour zéro encaissé… (en 11 matches). C'est la preuve que nous n'avons pas été mis en danger."

La venue de l'ASJ Soyaux-Charente va permettre au groupe d'apprendre et de progresser plus rapidement...

Jonathan Raoul : "Les matches de Coupe de France nous offrent la possibilité de nous jauger. Le prochain rendez-vous en 8e de finale de la Coupe Atlantique face à la formation de Baugé (DH) sera également intéressante à disputer *. Face à l'ASJ Soyaux-Charente, on va travailler notre animation défensive. L'écart entre les deux équipes est plus important. Ce sera forcément plus difficile. On va jouer le match à fond. Et individuellement, chaque fille va pouvoir se situer par rapport au plus haut niveau national. Nous avons, je pense, quelques filles très proches de ce niveau là. Pour les plus jeunes, certaines pourront y prétendre dans deux ou trois ans. Dimanche, elles pourront déterminer leur marge de progression. Ce sera enrichissant."

Que t'inspire l'ASJ Soyaux-Charente ?

Jonathan Raoul : "C'est une équipe historique du football féminin. Au sein de l'élite, c'est une formation que nous ne présentons plus. Le club fournit des joueuses pour l'Equipe de France depuis de nombreuses années. C'est un bel effectif. Il y a un projet sur le long terme. L'ASJ Soyaux-Charente enchaine actuellement les bons résultats en championnat et reste sur des succès face aux Girondins de Bordeaux et l'Olympique de Marseille. L'ASJ Soyaux-Charente est une belle formation de D1, bien ancrée dans le championnat."

Atteindre les 16èmes de finale avec les Féminnes, c'est déjà historique pour le FC Nantes...

Jonathan Raoul : "Oui, c'est déjà une belle satisfaction. C'est la première fois dans l'histoire du club et c'est toujours important. A titre personnel, pour ma première année à la tête des Séniors, je ne m'attendais pas à un tel parcours. D'autant plus que la revue d'effectif a été importante. La progression des filles nous permet aujourd'hui de disputer un 16ème de finale. C'est une belle réussite grâce aux filles. Nous ne sommes plus très loin de l'élite régional. Il faut continuer à progresser."

La préparation a-t-elle été particulière cette semaine ?

Jonathan Raoul : "Ce match ne sera pas une fin en soi. On ne mise pas tout sur ce match. On veut garder la dynamique hebdomadaire. Comme d'habitude, nous nous retrouverons deux fois cette semaine mercredi et vendredi pour les entraînements en partageant le vendredi soir un moment de convivialité. Rien de plus. Nous nous réunirons avant le match au centre avec une causerie dans le bâtiment du groupe professionnel. Les filles sentent ainsi qu'il y a une vraie appartenance au club. Après il y aura une ou deux petites surprises..."

Laisser un commentaire